CONTE A DEUX
.
Lisa Haak et Petra Tebaartz
 

Non, décidément, «regard» n'est pas un site didactique. Néanmoins, il est agréable d'ouvrir un espace aux jeunes, à ceux qui se donnent de la peine. Comme ces deux élèves d'une classe 10 (qui correspond à la Troisième) qui ont écrit une longue histoire. Elles l'ont écrite à deux, et donc le texte porte son titre à juste titre... Lisa et Petra, soyez les bienvenues sur ce site.
.
.
 
.
I
C’était le 26 juin 2004, six heures et quart. Une journée tout à fait normale. Dans un petit appartement à Paris un réveil sonnait et un jeune garçon - Luc - était tiré de ses rêves. A contrecœur, il se levait et allait à la salle de bains. Il ouvrait le robinet et lançait beaucoup d’eau froide dans son visage pour se réveiller. Puis, il se regardait dans le miroir pour un moment: un jeune de dix-sept ans comme tous les autres: grand, mince, avec des cheveux et des yeux marron. 
Après avoir pris une douche, Luc faisait le petit déjeuner pour toute la famille et quelques minutes après ils mangeaient. Sa mère Marie, son frère Adrien, qui avait dix ans, la petite Clara, trois ans et lui-même. 

Un peu après, il remettait la table et à sept heures et quart il sortait de la maison avec sa soeur. Comme toujours, il l’emmenait à l’école maternelle. A sept heures et demie, il disait au revoir à Clara et à sept heures trente-trois il prenait le bus pour être au lycée à huit heures.

Les classes de ce jour étaient très ennuyeuses et, comme ça, Luc était heureux d’avoir du temps libre quand il sortait du lycée et prenait le bus à trois heures et quart. 

A la maison, il mangeait, après aidait Adrien avec son devoir de maths, faisait ses propres devoirs et, enfin, aidait sa mère à faire la vaisselle.

Un vendredi comme toujours. 

A six heures, c’est l’heure: Il a du temps pour lui-même! 

Bien sûr, il prend son vélo tout de suite et va chez «I-Communi», un café Internet pas loin de sa maison. 

«Salut Luc! Ça va?»

C’est Jean-Charles, le propriétaire du café et un bon copain de Luc. 

«Hi Jean! Oui, tout est bien. Et toi, tu as beaucoup de visiteurs?»

«Mais non! C’est terrible! Tout le monde achète un ordinateur avec Internet et ne vient plus chez moi.»

«Moi, je vais venir toujours. Tu sais, nous n’avons pas d’argent pour un ordinateur.»

«Oui, je sais. Et c’est bien – Je suis heureux de te voir tous les vendredis et c’est pourquoi je ne veux pas que tu paies ton temps sur Internet! 

«Merci.»

«Alors, je dois travailler maintenant. Amuse-toi bien et dis bonjour à ta mère!»

«D’accord. Salut!»

«Salut Luc!»

Jean-Charles quitte la pièce et Luc s’assoit devant un ordinateur. Aujourd’hui, il veut vendre ses vieux CD de Michael Jackson à «Ebay». Mais au début, il entre dans un salon de chat pour rencontrer un ami. Il écrit un peu avec d’autres personnes et attend Pierre - son copain -, mais Pierre n’arrive pas. Alors, il quitte le programme... Non! Juste à ce moment-là, il reçoit un nouveau télégramme. Un télégramme de «Juliette». C’est qui? Il n’a jamais vu le nom dans ce salon de chat avant. «Bon, je vais le lire.», pense Luc et il clique sur le bouton «ouvrir»...

 

I
Il y avait une fois une jolie fille qui s’appelait Juliette-Véronique et qui avait quinze ans. Ses cheveux étaient longs et blonds et ses yeux bleus. Elle était grande et mince. Juliette était paresseuse et détestait le sport. Ses passions étaient de lire et d’écouter de la musique, mais elle ne regardait jamais la télé ni n’utilisait l’ordinateur. 
Depuis des années, Juliette et ses parents habitaient dans une villa à la campagne près de Fontainebleau. Bien sûr, Juliette avait sa propre chambre avec par exemple un lit à baldaquin rose, un grand poste de télé et un ordinateur très moderne. 

Ses parents étaient riches, mais ils travaillaient sans arrêt. Maximilien, le père de Juliette, était le chef d’une grande entreprise. La mère était journaliste et elle était presque toujours dans un autre pays pour travailler. Christine était la bonne d’enfants de Juliette, mais Juliette la détestait, parce qu’elle était très sévère. Christine avait été professeur, il y a des années, et chaque jour, elle donnait des cours à Juliette. A cause de cela, Juliette n’allait pas à l’école et n’avait pas d’ami, seulement le domestique qui s’appelait Serge. Il était très gentil et habitait aussi dans la villa des Souchet.

Un jour, elle a une grande querelle avec ses parents: c’est le 26 juin, les parents avaient promis à Juliette de faire un tour ensemble le week-end. Mais Sylvie doit aller à Moscou pour faire des interviews importantes, et Maximilien n’a pas envie d’être le seul à faire quelque chose avec Juliette. Après l’avoir écouté, Juliette est très déprimée: depuis trois mois, les parents ne sont plus sortis avec elle. En plus, Serge n’est pas là. Comble de malheur, elle n’a plus un seul livre qu’elle n’ait pas lu deux ou trois fois et elle n’a plus envie d’écouter de la musique qu’elle connaît déjà par cœur.

Tout à coup, elle a une idée: elle essayera de trouver des amis. Mais comment? Elle relance l’ordinateur et cherche un programme de chat. Serge lui en a parlé, il y a quelques semaines, quand elle était triste. Après avoir trouvé ce qu’elle cherchait, elle doit écrire un nom, mais quel nom? Elle n’a pas d’idée et écrit «Juliette». Malheureusement, il n’y a que trois autres personnes en ligne et elle décide d’écrire des phrases à Maureen (16) et Élodie (15):

«Salut Élodie, je suis la jolie Juliette. Comment ça va?»

– Salut Maureen, je m’appelle Juliette-Véronique Souchet. Comment ça va?»

Mais elle ne reçoit pas de réponse et puis, elle est plus triste qu’avant.

Tout à coup, elle voit qu’un certain 30L2 est en ligne...

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
 
II
«Salut 30L2 ! 

Je suis Juliette Souchet. Comment ça va ?»

Mon dieu! Quelle lettre! Luc n’a jamais reçu un e-mail comme ça. C’est trop «normal». 

Mouais, il n’a rien à faire, alors il répond…

«Hi!

‹Juliette Souchet›, c’est ton vrai nom? Pourquoi tu l’écris ici ??? Tu n’es pas souvent dans un salon de chat, hein ?»

Et une minute après, la fille répond:

«Non, c’est ma première fois. Bien sur, Juliette est mon vrai nom – comment sais-tu ? 

Et toi, comment tu t’appelles ? Tu es souvent ici ?» 

Luc trouve cette fille sympa et c’est pourquoi, il n’hésite pas de réécrire encore une fois…

«Je suis Luc. Non, je n’ai pas d’ordinateur, alors je suis seulement une fois par semaine sur Internet. 

J’ai 17 ans, et toi, tu as quel âge ?»

Ça ne dure pas longtemps et il reçoit le prochain message…

«J’ai 15 ans et je suis de Fontainebleau. Où est-ce que t’habites ?»

Hé, elle habite presque à côté de chez moi, pense Luc. Il écrit…

«Je viens de Paris, alors pas loin de chez toi ! =) »

Pendant les minutes suivantes, les deux écrivent encore quelques messages. Luc constate qu’ils ont des goûts communs et qu’il aime beaucoup cette Juliette. Alors, il est un peu triste quand il n’a plus de temps, une heure après. Il écrit…

«Pardon, Juliette. Je dois quitter le salon de chat maintenant.»

A ce qu’il semble, Juliette l’aime aussi un peu, parce qu’elle répond…

«Dommage !!! Est-ce qu’on peut se rencontrer encore une fois ???»

Alors Luc écrit…

«Vendredi prochain – même temps. Bye !»

Et les derniers mots de Juliette sont…

«Super ! A vendredi !»

Tout à coup, Luc est très content de sa vie et il siffle la «chanson d’amour» quand il quitte l’Internet et va à la maison... 


.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..
.
 

II
Elle commence à réfléchir:

«Est-ce que je dois écrire à un garçon? Est-ce qu’une fille a le droit d’écrire à un garçon ?? Bon, je peux l’essayer.» 

Elle écrit...

«Salut 30L2!

Je suis Juliette Souchet. Comment ça va?»

Elle attend des minutes et réfléchit ...

«Il n’écrit pas. Alors, je vais quitter ce programme. Mais pourquoi est-ce que personne ne m’écrit ??»

Juste en ce moment, elle voit une réponse de 30L2:

«Hi!

‘Juliette Souchet’, c‘est ton vrai nom? Pourquoi tu l’écris ici? Tu n’es pas souvent dans un „chatroom“, hein?»

Juliette est heureuse, mais elle se demande:

«D’où est-ce qu’il sait que je suis presque jamais ici?»

Puis elle écrit très vite une réponse.

«Non c’est ma première fois. Bien sûr, Juliette est mon vrai nom - comment le sais-tu? Et toi, comment tu t’appelles? Tu es souvent ici?»

Un peu plus tard , le garçon répond:

«Je suis Luc. Non, je n‘ai pas d’ordinateur, alors je suis seulement une fois par semaine  sur Internet.

J‘ai 17 ans, et toi, tu as quel âge?»

Quand elle lit le message elle est surprise.

«Oh lá là, Luc a déjà 17 ans. Il m’écrira encore quand il saura que j’ai seulement quinze ans? Mais il est sympa!»

Puis elle écrit...

«J’ai 15 ans et je suis de Fontainebleau. Où est-ce que t’habites?»

Elle est un peu nerveuse, mais bientôt Luc écrit:

«Je viens de Paris, alors pas loin de toi!»

Pendant les minutes suivantes, les deux écrivent encore quelques messages. 

Juliette remarque, qu’elle est un peu amoureuse de Luc et qu’ils ont des qualités communes. Après des minutes elle reçoit ce message:

«Pardon, Juliette. Je dois quitter le salon du chat, maintenant =( »

Elle est triste, elle répond...

«Dommage!! Est-ce qu‘on peut se rencontrer encore une fois ???»

Le garçon écrit...

«Vendredi prochain, même temps! Bye!»

Juliette est très contente, parce qu’il veut toujours la rencontrer.

Elle répond vite:

«Super!! A vendredi!»

Elle est heureuse, mais aussi un peu confuse. Elle n’a jamais parlé ou écrit avec un garçon avant. Mais elle trouve Luc sympa.

Puis elle continue à lire le livre «Roméo et Juliette».

.

 

.
.
 
III
Aujourd’hui, on est vendredi, 3 juillet, six heures. Luc a fait les courses très vite pour être à temps au café internet. Déjà toute la journée, il était heureux de rencontrer Juliette encore une fois et lui parler de son idée…Il se demande si elle voudrait le rencontrer.

Mais dix minutes après son arrivée dans «I-Communi», Juliette n’est pas encore là. Est-ce qu’elle a oublié le rendez-vous? – Non, certainement pas! Elle est peut-être seulement un peu en retard…

Maintenant, il est six heures vingt. Elle en met du temps! Est-ce qu’elle a décidé de ne pas venir, parce qu’elle a constaté qu’il n’est pas son genre!?! Sinon, elle devrait vraiment venir maintenant, parce que Luc doit aller chercher son petit frère Adrien de son cours de flûte à bec dans quelques minutes.

«Si elle n’arrive pas jusqu’à six heures et demie, je quitte l’Internet!» décide Luc – un peu déçu. 

Et juste à ce moment-là, Juliette vient en ligne. Tout de suite, Luc reçoit un message…

«Hi Luc! Comment ça va?»

«Elle n’a pas oublié notre rendez-vous» pense Luc. «Cool! Mais pourquoi est-ce qu’elle ne dit rien sur son retard?» Et il écrit…

«Héee!!! Je t’ai attendue depuis presque une demie heure!!!!!»

Et Juliette répond…

«Oh, excuse-moi! J’étais chez le médecin et ça a duré des heures! Tu as encore un peu de temps pour moi???»

C’est ça le problème! Luc doit être chez son frère dans dix minutes, alors il écrit très vite…

«Pas vraiment, mais j’ai eu une idée. Ce dimanche je suis à Fontainebleau à cause d’un match de foot de mon équipe. Tu as envie de me rencontrer?»

«Réponds-moi vite» pense Luc, après qu’il a envoyé l’e-mél. Son impatience est grande, pas seulement à cause de son problème de temps, mais aussi parce qu’il est très curieux de savoir ce qu’elle pense de son idée.

«Oui, bien sûr! Chez le glacier ‹Amarena›? Ses glaces sont formidables! =D«

Yeah! Elle veut faire sa connaissance aussi! Luc est très heureux et voudrait bien raconter à Juliette ses sentiments, mais il doit vraiment partir maintenant et comme ça il répond:

«D’accord. J’espère que je le trouve. 

J’ai plus de temps maintenant – Appelle-moi! 

01 76 42 09 33

Salut, je m’en réjouis à l’avance! 

Luc»

Et fiévreux, il se met en route pour aller chercher Adrien.

 

III
Pendant toute la semaine Juliette pense souvent à Luc, mais elle a un peu peur que vendredi il ne soit pas en ligne.

C‘est vendredi, mais Juliette a mal aux dents. Serge téléphone au dentiste et une assistante lui donne rendez-vous, aujourd’hui, à trois heures et quart. Quand Juliette y arrive, la salle d’attente est remplie. Elle attend une heure – deux heures...et ses douleurs deviennent plus fortes. Après le traitement Juliette va mieux, mais c’est déjà six heures vingt quand elle quitte le cabinet. A la maison elle entre immédiatement dans le salon du chat et elle voit que Luc est en ligne. 

Elle lui écrit...

«Hi Luc!

Comment ça va? Moi, ça va bien.»

Luc répond très vite...

«Héee!!!

Je t’ai attendue depuis une demi-heure!!»

Juliette a un peu honte et répond...

« Oh pardon! »
.
J‘étais chez le médecin et ça a duré des heures! Tu as encore un peu de temps???»
Une minute après, Luc écrit...
«Pas vraiment, mais j‘ai eu une idée!

Ce dimanche, je suis à Fontainebleau pour un jeu de foot de mon équipe.

Tu as envie de me rencontrer??»

Juliette est surprise, mais très heureuse.

Alors, elle répond...

«Oui, bien sûr!!

Chez le glacier, Venezia?? Les glaces y sont formidables!

Cela me fait déjà plaisir! =D »

Puis Juliette lit...

«J‘éspère que je le trouve. Plus de temps – Appelle-moi! Tel.:   01 76 42 09 33        .

Salut!»

Juliette écrit vite...

«Bye Luc!»

Puis elle...

.
.
.
.
.
.
.
 
IV
‹Ouf!›, dit Luc, quand il ferme la porte de l’appartement derrière lui. Il a eu une journée affreuse! 

La moitié de la nuit et toute la matinée, il a été à l’hôpital avec sa mère. Après, il s’est occupé de Clara et Adrien et les a emmenés chez sa tante Sylvie. Puis, il est revenu à l’hôpital pour informer sa mère et pour avoir de ses nouvelles. Et enfin, de six à huit heures et demie, il a travaillé au supermarché, comme tous les samedis. 

Il regarde l’heure: 21 heures. Quel samedi! 

Maintenant, il veut seulement manger quelque chose, regarder un peu la télé et ...dormir!!!

Juste à ce moment-là, le téléphone sonne. 

‹Hé, peut-être que c’est Juliette!›, pense Luc et décroche vite le téléphone.

«Allô?

– Hi Luc, c’est Juliette.

– Hey! Cool que tu m’appelles! Ça va?

– Oui, très bien. Mais j’ai essayé de te joindre depuis des heures. Tu étais où?

– Oh là là, ne me demande pas! C’était la panique!!!

– Qu’est-ce qui s’est passé??

– Cette nuit, à ...trois heures et demie, ma mère a crié comme une folle. Elle a reveillé toute la maison! Bien sûr, j’ai couru chez elle immédiatement. Elle ne pouvait pas bouger et elle avait des maux de dos terribles.

– Ça alors! La pauvre! Qu’est-ce que vous avez fait?

– J’ai appelé l’ambulance et ma mère était amenée à l’hôpital. Une voisine s’est occupée de ma petite sœur et de mon frère et comme ça, moi, je pouvais aller avec ma mère. Après, à l’hôpital, j’ai dû attendre longtemps et j’avais vraiment peur pour elle.

– Et alors, qu’est-ce qu’elle a?

– On ne sait pas encore, mais les docteurs présument que c’est quelque chose de grave. Elle a reçu de piqûres contre les douleurs et maintenant, il font de nombreux tests.

– Quelle malchance! Dis bonjour et bonne santé à ta mère, s’il te plaît!

– Merci!

– Alors, tu ne peux pas venir demain, c’est vrai?

– Si, je voudrais bien. Ma mère a dit que je peux rien faire pour elle en ce moment et je veux me préoccuper d’autres choses.

– Et ton frère et ta sœur?

– Ils sont chez ma tante. Il n’y a pas de problème!

– Et tu es vraiment sûr que tu veux venir pendant ces jours? Je peux te comprendre si tu restes à la maison – chez ta mère.

– Non, non! Je veux vraiment te rencontrer!»

‹Est-ce que j’ai vraiment dit cela?›, pense Luc. ‹Je suis un idiot! Maintenant elle pense certainement que je l’aime!›

Il continue...

«...Bon, mon match de foot finit à environ deux heures et après je peux venir chez le glacier, d’accord?

– Oui, bien sûr. Tu penses que tu le trouves? C’est juste à côté du grand hôtel en bleu – Tu le vois tout de suite.

– OK, à demain, deux heures et demie!

– Salut!»

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
IV
Tout le samedi Juliette essaie d‘appeler Luc, mais elle ne peut parler à personne. C’est déjà neuf heures et Juliette est désespérée. Elle téléphone à Luc la septième fois et tout à coup quelqu’un dit...

« Allô? »

Tout de suite Juliette est heureuse!

« Hi Luc! C‘est Juliette.

– Hi! Cool que tu m’appelles! Ça va?

– Oui, très bien! Mais, j‘ai éssayé de t‘atteindre depuis des heures. Tu étais où?

– Oh là là; ne me demande pas! C’était la panique!!!

– Qu’est-ce qui s’est passé??

– Cette nuit à trois heures et demie, ma mère a crié comme une folle. Elle a reveillé toute la maison! Bien sûr, j’ai couru chez elle immédiatement. Elle ne pouvait pas bouger et elle avait mal au dos – terrible! »

Quand Luc le raconte, elle a un peu pitié.

« Ça alors! La pauvre! Qu’est-ce que vous avez fait?

– J‘ai appelé l’ambulance et ma mère était apportée à l’hôpital. Une voisine s’est occupée de mes petits frères. Et moi, je suis allé avec ma mère. Après à l’hôpital j’ai dû attendre longtemps. J’avais vraiment peur de ma mère. »

Puis elle pense à demain et a peur que la mère de Luc ait quelque chose de grave et que, à cause de cela, il ne puisse pas venir. Elle lui demande, curieuse:

« Et alors, qu’est-ce qu’elle a??

– On ne sait pas encore. Les docteurs disent qu‘elle n’a pas seulement contusionné un nerf. Elle a reçu quelques piqûres contre les douleurs et maintenant ils font de nombreux tests. »

« Ah non! », pense Juliette et elle est triste, mais elle dit gentiment:

« Quelle malchance! La pauvre! Dis bonjour et bonne santé á ta mére, s’il te plaît.

Alors, tu ne peux pas venir demain, c’est vrai?

– Si, je voudrais bien. Les docteurs ont dit que je peux rien faire pour ma mère en ce moment et je veux me préoccuper d’autres choses. »

Juliette est surprise.

« Et tes frères?

– Ils sont chez ma tante. Il n’y a pas de problème. »

Mais elle pense qu’il aimerait mieux rester chez sa mère.

« Tu es vraiment sûr que tu veux venir pendant ces jours? Je pourrais te comprendre, si tu restes chez ta mère!

– Non, non! Je veux vraiment te rencontrer! ... »

« Oh, il m’aime bien », remarque-t-elle et rougit un peu. Silence. Puis Luc continue:

« Bon, mon match de foot finit à environ deux heurs. Après je peux venir au café. D‘accord? »

Elle est encore quelque peu sidérée, mais des secondes après elle dit lentement:

« Oui, bien sûr. Je pense que tu le trouves. C‘est à côté du grand hôtel bleu. Tu le vois tout de suite.

– OK, à demain, deux heures et demie!!

– Salut!»

Puis Juliette se demande:

«Qu’est-ce que je peux mettre demain???»

Elle décide d’aller en ville demain matin et d’acheter une nouvelle robe...

 

.
.
 
V
Il est dimanche – le grand jour de Luc! Au début, le match de foot, et après le rendez-vous avec Juliette. ... Juliette! Luc est curieux de savoir à qui elle ressemble et si elle est aussi gentille qu’il pense.

Sa mère lui a donné quelques tuyaux de comportement: payer pour Juliette, être poli et simple. «Et tu es sûre que je peux te laisser toute seule ici, à l’hôpital?» a-t-il demandé. «Oui, chéri. Je veux que tu rencontres Juliette! Elle est certainemant une très gentille fille et vous allez avoir une bonne journée ensemble. Ne te fais pas de souci pour moi! »

Alors, maintenant il prend une douche très vite, parce qu’il a seulement encore une demie heure jusqu’au rendez-vous avec Juliette. Et quand les autres garçons de son équipe fêtent encore leur victoire, Luc sort déjà du stade couvert et se met en route pour le glacier.

Il ne veut pas être en retard et comme ça, il est content quand il entre dans «Amarena» cinq minutes avant l’heure fixée.

Il cherche Juliette, mais il n’y a pas de fille de son âge, alors il prend place à côté de la porte. Pendant les minutes suivantes Luc attend Juliette et réfléchit comment elle pourrait être.

Et puis - à deux heures trente-cinq - une jeune fille entre dans le café. Luc la voit seulement de derrière, mais il pense qu’elle pourrait être Juliette, parce qu’il paraît qu’elle cherche quelqu’un. Maintenant, elle se retourne et... Wow! Elle est la plus belle fille que Luc ait vue durant toute sa vie! Ses cheveux sont longs et blonds, elle est grande, mince, elle porte un chemisier rouge et une jupe en jean et son sourire... irrésistible!!! C’est seulement maintenant que Luc remarque qu’elle le regarde aussi. Il sourit.

Peut-être qu’elle est vraiment Juliette - Luc l’espère bien, se lève et va vers la fille. Elle devient rouge immédiatement, mais Luc a rencontré déjà beaucoup de filles et, comme ça, il dit courageusement: 

«Hi! Tu es Juliette?»

Et Dieu merci elle répond:

«...Euh...oui. Et toi, tu es Luc?

– Exact! Je suis très content de te rencontrer!»

Il lui fait la bise - Elle sent très bon. 

Luc: «On s’assoit là-bas?

– OK!»

Pour un moment, ils ne savent pas ce qu’ils doivent se dire. Puis, Luc commence:

«Tout est bien chez toi?

– Mouais, comme d’habitude. Et comment va ta mère?

– Ça va, rien de nouveau.»

Il éspère qu’elle va vraiment bien. 

«Alors, comment était ton match?

– Trés bien. On a gagné 3:1!

– Super! Félicitations!

– Merci. Ah, la serveuse. Bonjour, Madame! Juliette, qu’est-ce que tu prends? Je t’invite.

– Le grand pot de fraises avec beaucoup de crème.»

Serveuse: «D’accord. Et vous, Monsieur?»

Le grand pot de fraises? Oh là là, ça coûte! Il doit prendre quelque chose de moins cher pour que son argent de poche suffise.

Luc: «Je voudrais une petite glace mélangée, s’il vous plaît.»

La serveuse s’en va. 

Juliette: «C’est ma glace préférée. Je la prends toujours ici.»

Elle est riche? Mouais, c’est pareil. Luc change de sujet.

«Tu veux voir quelques photos de ma famille?

– Oui, bien sûr!»

Et pour les deux heures suivantes, Luc bavarde et bavarde. Il montre à Juliette des photos et les explique, il lui parle de sa famille, de son job au supermarché, de ses hobbies - le foot et les patins à roulettes avec ses copains et copines – et de toute sa vie. Juliette écoute avec beaucoup d’intérêt, mais malheureusement elle ne raconte presque rien d’elle-même sauf qu’elle aime lire et écouter de la musique.

Quand même, Luc trouve Juliette de plus en plus sympa et aime son temps avec elle. C’est pourquoi il est déçu quand le père de Juliette vient chercher Juliette. Mais son père propose à Luc de venir avec eux.

«C’est très gentil, mais je dois rester ici, pas loin de la gare, pour rentrer en train.» répond Luc.

– Pas de problème! Je te conduis à la gare après, d’accord?». Curieux, Juliette et son père regardent Luc.

«D’accord. Merci, Monsieur!

–Super! Alors, on y va!»


.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
 

V
Le matin Serge amène Juliette en ville. Elle veut s’y acheter une nouvelle robe pour le rendez-vous avec Luc. Il est dix heures quand elle arrive. D’abord elle entre dans beaucoup de magazins et essaye des robes, mais elle est désespérée: Les robes sont toujours trop longues ou trop amples. Des fois elle trouve aussi qu’on ne peut pas voir ses seins ou c‘est seulement la couleur qu’elle n’aime pas.

En tout elle essaye environ vingt robes, mais aucune ne lui fait plaisir. Puis il est déjà midi et Serge la ramène.

A la maison elle essaye beaucoup de vêtements, mais elle ne peut pas se décider. Elle voudrait être belle, mais pas trop distinguée. C’est pour ça qu’elle raconte à sa mère qu’elle rencontrera un garçon et elle demande, ce que’elle porterait. A la vérité, sa mère, cela ne l’intéresse pas du tout. Elle n’a pas le temps et en particulier pas envie d’aider Juliette. Elle dit seulement qu‘elle espère qu’elle sera ponctuelle, le plus tard à six heures. Puis, Juliette est trés fâchée, mais il est déjà une heure et elle doit se dépêcher. Elle prend une mini-jupe bleue et un corsage rouge. Les prochaines vingt minutes elle se fait une coiffure fantastique. Tout à coup Serge crie qu’ils doivent partir, mais Juliette doit encore se maquiller – Merde! Dix minutes après, ils partent. 

Juliette arrive cinq minutes trop tard. D’abord, elle s’assoit au bar. Elle est très incertaine et nerveuse et tire les cheveux et les vêtements. Puis elle tourne la tête pour cherecher Luc. Tout à coup elle voit dans les yeux d’un garçon - il sourit - «Wow!». Bien sûr elle rougit immédiatement. Elle pense, «Folie, il est si beau et ses yeux bruns – super!» Le garçon porte un jean bleu et un tee-shirt blanc. Il a les cheveux courts et bruns. Mais puis le garçon vient vers elle. Juliette est très nerveuse et ses mains commencent à trembler. Elle se demande ce qu’elle peut faire.

Maintenant le garçon est devant elle et dit...

«Hi! Tu es Juliette?»

Elle devient encore plus rouge et son cœur fonce. Elle bégaye...

«Euh... Oui....et toi tu es Luc?»

Luc repond vite...

«Exact! Alors, je suis très content de te rencontrer!»

Juliette pense, un peu confuse: « Que fait-il maintenant?? Non – des bises – Oh là là, il est rapide! Et alors? » 

Luc continue...

«Bon, on s’assoit là-bas?»

Juliette peut seulement dire «Oké!»

Après s’être assis, Luc commence...

«Tout est bien chez toi?»

Elle devient un peut plus courageuse et répond...

«Mouais, comme d’habitude! Et comment ça va, ta mère?»

«Ça va, rien de nouveau.»

Luc paraît triste à Juliette, elle décide de détourner l’attention de Luc:

«Et comment était ton match?»

Luc répond, tout heureux...

«Très bien! On a gagné, 3:1.»

«Super! Félicitations!

– Oh, Merci! 

Ah, la serveuse! Bonjour madame. 

Juliette qu’est-ce que tu prends? Je t’invite!»

– La grande coupe de fraises avec beaucoup de crème»

C‘est sa glace préférée. Elle la prend toujours. 

La serveuse continue...

«D’accord, et vous monsieur?»

Après quelques secondes, Luc répond gentiment...

«Je voudrais une petite glace mélangée, s‘il vous plaît.»

Quand la serveuse est partie, elle dit à Luc...

«C‘est ma glace préférée, je la prends toujours ici.»

Un peu plus tard Luc change de sujet...

«Tu veux voir quelques photos de ma famille?

– Oui, bien sûr!»

Puis Luc lui montre des photos de sa famille et raconte de son frère et de sa sœur. Une photo est de l’hiver dernier. Ils sont sur un traîneau et il paraît qu’ils s’amusent beaucoup. Sur une autre photo, on voit Clara, sa petite sœur, et sa mère qui s’embrassent. Juliette trouve cette photo vraiment mignonne. Luc raconte beaucoup de sa famille par exemple leur dernière excursion. Juliette l’envie un peu. Elle voudrait faire aussi des vacances ou au moins une petite excursion avec ses parents. Pendant qu’ils mangent leurs glaces, ils parlent aussi de leurs passe-temps. Deux fois par semaine Luc joue au foot. En plus, il fait souvent du patin à roulettes avec ses amis. Chaque samedi il aide dans un supermarché pour gagner un peu d’argent. Juliette est surprise que Luc travaille déjà et se demande pourquoi, mais elle ne veut pas lui demander. Luc raconte sans arrêt. Quand il lui demande ce qui sont ses passe-temps, elle est un peu triste, parce qu’elle a seulement peu à dire – lire et écouter de la musique.

Juliette et Luc bavardent environ deux heures. C’est en train de devenir intéressant quand Serge vient. Juliette est surprise qu’il soit déjà cinq heures.

Elle dit...

«Oh, je dois déjà retourner!»

«C’est dommage!!», dit Luc. 

Ils se taisent des secondes, mais puis Serge propose...

«Si tu veux, Luc, tu peux venir avec nous.

– Je veux bien, mais ça ne fonctionne pas. Je dois retourner à la maison avec le train.

– Je peux te conduire à la gare.»

Luc est d’accord et sourit. Juliette est très contente - «Oh, super!»

.
.
 
VI
Quand ils ont quitté le café, Juliette et Luc suivent le père de Juliette vers la voiture. Luc est impressionné: Ils ont une Mercédes. Il n’y a aucune comparaison avec la voiture de sa mère – une vieille petite Peugeot ! 

En route, quelques minutes plus tard, le père de Juliette dit: 

«À propos, Juliette, tes parents ne sont pas à la maison. Ils travaillent.» 

Les parents de Juliette ne sont pas à la maison? Mais cet homme, il n’est pas le père de Juliette? Alors, c’est qui??? 

Luc demande bas à Juliette qui est l’homme. 

«C’est Serge, notre domestique. Tu as vraiment pensé qu’il est mon père?

— Pourquoi pas, Julie? T’as pas encore dit que je suis seulement ta bonne!» répond Serge. 

Luc ne comprend plus rien. Un domestique? Il semble que cette famille est vraiment riche. 

Et quand la voiture s’arrrête quelques minutes plus tard, Luc est stupéfait: Il est devant une grande maison blanche avec une cour de cailloux et une fontaine. 

«Ça c’est ta maison?» demande-t-il d’un air incrédule.

Et Juliette répond: «Oui, c’est ça!» comme si c’était normal de vivre dans une villa. Luc est complètement confus. 

Mais ça devient encore mieux: Maintenant, ils montent quelques marches et Serge ouvre la grande porte de la villa. Luc voit un long couloir, des miroirs partout, le sol en marbre et beaucoup de lustres. – C’est l’intérieur d’un château, mais pas une maison où quelqu’un peut vivre! 

Juliette entre et va vite vers un grand escalier.

«Nous sommes dans ma chambre, Serge! Luc, tu viens?»

Elle monte l’escalier et Luc suit. 

Dans la cage d’escalier il y a d’autres lustres et des portraits de quelques hommes et de femmes qui ont l’air très riches. Ça sent les fleurs. 

«Voilà, ma chambre!» dit Juliette quand elle ouvre une porte. 

Luc entre et regarde autour de lui: 

Au milieu de la chambre, il y a un lit à baldaquin rose; à droite, se trouve une grande télé; à côté, il y a un magnétoscope et sur un bureau, il y a un ordinateur très moderne. Les parois sont blancs, le sol est en parquet. Il n’y a pas de posters, pas de photos, tout est rangé. 

Luc est ébahi, parce qu’il n’a pas encore vu une chambre aussi grande, mais il trouve qu’elle n’est pas très accueillante et c’est pourqoui il n’est pas sûr si vivre ici lui ferait plaisir. 

Mais à Juliette il lui dit: 

«Mazette! C’est la plus grande chambre que j’aie vue durant toute ma vie! 

— Pourquoi ça? Ta chambre est plus petite?»

Elle ne sait même pas qu’une chambre comme ça n’est pas normale???

Luc répond: 

«Je dois me partager une chambre avec mon frère!

— Pauvre de toi! Ça doit être terrible!

— Ça va.»

Pour Luc, c’est pas un problème, parce qu’il s’entend avec Adrien.

Naturellement, il rêve de sa propre chambre, mais l’appartement n’est pas assez grand et comme ça, il s’est arrangé de la situation.

Maintenant Juliette demande: 

«On écoute de la musique?

— D’accord!»

Les deux parlent un peu des groupes de rock et écoutent de la musique. Quelques minutes après, Luc veut savoir:

«À quelle heure est-ce que tes parents rentrent à la maison? Je voudrais bien faire leur connaissance!

— Je ne sais pas quand ils viennent, mais ça ne m’intéresse pas non plus!

— Ça ne t’intéresse pas? Mais ce sont tes parents! Est-ce que ça ne t’intéresse pas ce que font tes parents?

— Non! Ils sont presque jamais à la maison, ils travaillent tout le temps et ils ne s’occupent pas de moi. Je les déteste!» 

Luc est stupéfait! Une jeune fille de son âge, jolie, gentille – d’accord, elle est riche – mais sauf cela, comme toutes les autres jeunes. Et cette fille lui raconte maintenant qu’elle déteste ses parents!!?? 

Lui-même, il est triste que son père soit mort depuis quelques années et qu’il ait seulement sa mère. Il serait heureux si son père était encore là et si sa famille était «normale». Et Juliette a une telle famille «normale» et elle la déteste??? Il ne la comprend pas!

«Comment peux-tu détester tes propres parents???

— Je ne les connais pas vraiment. Alors: Comment puis-je les aimer?»

Luc trouve affreux qu’une famille puisse avoir une relation comme ça et il voudrait bien parler de ses sentiments, mais il remarque que Juliette devient très triste. Elle regarde fixement la paroi et il semble qu’elle pleurera bientôt, alors il change de sujet. 

«Ta télé est super! Tu as combien de programmes?»

Et pendant l’heure suivante, les deux bavardent de tout ce qu’ils ne savaient pas encore de l’autre. 

Quand Luc doit rentrer quelque temps plus tard et est en train de monter dans la voiture, il se retourne encore une fois, sourit à Juliette et crie:

«Et la prochaine fois, tu viens chez moi!»

 

 

VI
Dans la voiture, Serge dit par hasard...

«A propos Juliette, tes parents ne sont pas là»

– Ce n’est pas ton pére??

– Non, c’est notre domestique.»

Pour Juliette, Luc a l’air d’être pensif. Ils ne parlent plus jusqu’à ce qu’ils arrivent chez Juliette. Quand ils quittent la voiture devant la petite villa blanche des Souchet, Luc s‘étonne...

«Wow! – Ça, c’est votre maison?

– Oui, c’est ça!»

Puis, ils entrent dans l’entrée, où il y a comble de miroirs. Ils montent dans la salle de Juliette. Luc dit, impressionné...

«Folie, c’est la plus grande chambre que j’aie jamais vue!»

– Pourquoi ça? Ta chambre est plus petite?»

Ça dure des secondes jusqu’à ce que Luc réponde...

«J‘ai une petite chambre avec mon petit frère.»

Juliette a pitié de Luc. Elle ne peut pas s’imaginer de partager une chambre avec quelqu’un d’autre.

« Le pauvre! Ça doit être terrible!

– Ça va.»

Juliette change le sujet...

«On écoute de la musique?»

Luc est d’accord. 

L’heure prochaine ils écoutent de la musique et bavardent. 

Tout à coup Luc demande...

«A quelle heure est-ce que tes parents rentrent à la maison?? Je veux bien les rencontrer!»

Juliette se demande pourquoi, mais elle dit indifféremment...

«Je ne sais pas quand ils rentrent, mais ça ne m’intéresse pas.

– Il ne t’intéresse pas où sont tes parents?? Tes parents??»

Juliette est fâchée, elle se demande, «Pourquoi est-ce qu’il me tourmente ??» Elle essaie de rester calme...

«Oui, ils sont presque jamais à la maison, ils travaillent tout le temps et ils ne s’occupent pas de moi. Je les déteste!!»

Luc s‘est assis sur le canapé-lit. Il regarde fixement sur Juliette, sa bouche est ouverte.

«Comment peux-tu détester tes propres parents???»

Juliette remarque que les larmes lui montent aux yeux. «Ne pleure pas Juliette!! Pourquoi est-ce qu’il ne me comprend pas??? Merde, encore des larmes!! Prends sur toi, Juliette, dis-le-lui encore une fois!» 

«Je ne les connais pas vraiment. Alors comment puis-je les aimer??

- A propos, beau téléviseur.»

Juliette est soulagée, mais maintenant elle se préoccupe de ses parents «Pourquoi est-ce qu’ils ne s’occupent pas de moi, pourquoi font-ils rien avec moi,...»

Les prochaines minutes ils bavardent encore de ces choses sans importance, mais Juliette donne seulement des reponses très courtes. Elle n‘a plus d’envie de parler. Elle veut être seule.

Puis Luc doit retourner à la maison. Ses derniers mots sont:

«Et la prochaine fois tu viens chez moi!»

 
.
.
 
VII
Après le rendez-vous avec Juliette, Luc est de bonne humeur. Il siffle tout le temps dans le train et va au lit heureux. 

Malheureusement, il est déjà trop tard pour rendre visite à sa mère à l’hôpital ce soir, mais Luc décide de se lever un peu plus tôt le lendemain matin pour lui parler de Juliette avant qu’il doive aller à l’école. 

Alors, maintenant il monte vite les escaliers de l’hôpital. 

Il entre dans la pièce de sa mère.

« Bonjour, Maman! Comment ça va aujourd’hui?

— Hé, cheri! Beaucoup mieux – merci. Alors, raconte: Comment était ton rendez-vous avec Juliette?

— C’était super! Juliette est très gentille et la plus belle fille que j’aie vue durant toute ma vie! Vraiment! Elle a les cheveux longs et blonds, elle est mince et, en plus, elle est rigolote et on peut bien parler avec elle. 

— Ça n’a pas l’air mal! Et qu’est-ce que vous avez fait toute la journée?

— Au début, nous étions dans un café et après chez lui à la maison. Ah, maman! Tu ne devines pas où elle habite!

— Alors, où?

— Dans une villa! Sa famille est très riche. Ils ont une Mercédes, un domestique, Juliette a une chambre avec une télé, un ordinateur, un magnétoscope et un lit à baldaquin! Tu as déjà vu une chambre comme ça?

— Non, ça c’est vraiment pas normal! Mais est-ce qu’elle est une nana riche alors?

— Non! Elle est super!... Maman?

— Oui, cheri!?

— Depuis hier dans le train, je pense tout le temps à Juliette et j’ai toujours un sentiment dans le ventre... Je sais pas ce que c’est... »

Sa mère sourit. 

« Luc, tu es  amoureux de Juliette!

– ? Non, certainement pas! Je la connais presque pas. »

Sa mère sourit encore, caresse Luc par ses cheveux et dit:

« Si, tu es amoureux. Et tu ne dois pas avoir honte pour cela! L’amour, c’est la meilleure chose du monde! Tu peux être très heureux. 

— Et que dois-je faire maintenant?

— Raconte à Juliette tes sentiments et essaie de savoir si elle t’aime aussi! 

— T’es sûre? Mais si elle m’aime pas...

— Tu as dit qu’elle est gentille, alors elle ne va pas se moquer de toi. 

— Oui, tu as raison. Elle est vraiment une fille formidable! Je peux le lui dire. Peut-être la prochaine fois qu’ on se rencontre... »

Après cette conversation, Luc se sent beaucoup mieux. Il sait maintenant ce que sa mère pense de sa relation avec Juliette et ça c’est très important pour lui. 

Pendant les deux semaines suivantes, Luc et Juliette téléphonent beaucoup et se rencontrent tous les vendredis sur Internet. Il s’entendent de mieux en mieux et, un jour, il fixent un nouveau rendez-vous. Luc est très content que Juliette vienne chez lui cette fois et il a déjà beaucoup d’idées de ce qu’ils peuvent faire ensemble... 

VII
Après le rendez-vous avec Juliette, Luc est de bonne humeur. Il siffle tout le temps dans le train et va au lit heureux. 

Malheureusement, il est déjà trop tard pour rendre visite à sa mère à l’hôpital ce soir, mais Luc décide de se lever un peu plus tôt le lendemain matin pour lui parler de Juliette avant qu’il doive aller à l’école. 

Alors, maintenant il monte vite les escaliers de l’hôpital. 

Il entre dans la pièce de sa mère.

« Bonjour, Maman! Comment ça va aujourd’hui?

— Hé, cheri! Beaucoup mieux – merci. Alors, raconte: Comment était ton rendez-vous avec Juliette?

— C’était super! Juliette est très gentille et la plus belle fille que j’aie vue durant toute ma vie! Vraiment! Elle a les cheveux longs et blonds, elle est mince et, en plus, elle est rigolote et on peut bien parler avec elle. 

— Ça n’a pas l’air mal! Et qu’est-ce que vous avez fait toute la journée?

— Au début, nous étions dans un café et après chez lui à la maison. Ah, maman! Tu ne devines pas où elle habite!

— Alors, où?

— Dans une villa! Sa famille est très riche. Ils ont une Mercédes, un domestique, Juliette a une chambre avec une télé, un ordinateur, un magnétoscope et un lit à baldaquin! Tu as déjà vu une chambre comme ça?

— Non, ça c’est vraiment pas normal! Mais est-ce qu’elle est une nana riche alors?

— Non! Elle est super!... Maman?

— Oui, cheri!?

— Depuis hier dans le train, je pense tout le temps à Juliette et j’ai toujours un sentiment dans le ventre... Je sais pas ce que c’est... »

Sa mère sourit. 

« Luc, tu es  amoureux de Juliette!

– ? Non, certainement pas! Je la connais presque pas. »

Sa mère sourit encore, caresse Luc par ses cheveux et dit:

« Si, tu es amoureux. Et tu ne dois pas avoir honte pour cela! L’amour, c’est la meilleure chose du monde! Tu peux être très heureux. 

— Et que dois-je faire maintenant?

— Raconte à Juliette tes sentiments et essaie de savoir si elle t’aime aussi! 

— T’es sûre? Mais si elle m’aime pas...

— Tu as dit qu’elle est gentille, alors elle ne va pas se moquer de toi. 

— Oui, tu as raison. Elle est vraiment une fille formidable! Je peux le lui dire. Peut-être la prochaine fois qu’ on se rencontre... »

Après cette conversation, Luc se sent beaucoup mieux. Il sait maintenant ce que sa mère pense de sa relation avec Juliette et ça c’est très important pour lui. 
 

Pendant les deux semaines suivantes, Luc et Juliette téléphonent beaucoup et se rencontrent tous les vendredis sur Internet. Il s’entendent de mieux en mieux et, un jour, il fixent un nouveau rendez-vous. Luc est très content que Juliette vienne chez lui cette fois et il a déjà beaucoup d’idées de ce qu’ils peuvent faire ensemble... 

.
.
 
VIII
Il est samedi. Luc est très content, parce qu’aujourd’hui Juliette viendra le voir. Luc espère qu’elle aimera sa famille et l’appartement...

On sonne – Ça doit être Juliette!

Avant qu’il lui ouvre la porte, Luc se regarde encore une fois dans le miroir... Ça va.

« Hi! » dit-elle en souriant. Elle est encore plus belle que la dernière fois. 

« Hey Juliette! » répond Luc. «Entre! »

Elle entre dans le vestibule et regarde autour d’elle. 

« Tu pourrais enlever tes chaussures, s’il te plaît? Pour que ma mère ait un peu moins de travail. » demande Luc prudemment. 

Et bien qu’il ait le sentiment que Juliette trouve cette demande bizarre, elle dit:

« Bien sûr, pas de problème. »

Mais juste à ce moment-là, Clara court dans le vestibule et s’accroche aux jambes de Juliette. 

« Tu es la petite copine de Luc? Luc, c’est Juliette? Luc m’a déjà dit que tu es jolie, mais tu es vraiment très belle! Et tu sens bon. C’est cool de te rencontrer! Tu veux voir ma chambre? J’ai une belle chambre. Elle est à côté de la salle de bain et... »

« Clara! Arrête ça! » 

Luc retire Clara doucement de Juliette et la prend dans ses bras.

« Mais, Luc, c’est pas un problème! Salut Clara.

— Salut! » et à l’oreille de son frère, elle chuchote:

« Elle est vraiment très belle!

— Je sais, sœurette! » répond Luc en rigolant et les trois entrent dans la salle de séjour. 

Pendant que Juliette regarde autour d’elle, Luc appelle sa mère, qui vient de la cuisine avec son tablier tout de suite.

« Alors, tu es la fille avec qui mon fils téléphone pendant toute la journée? Bienvenue! » dit-elle et embrasse l’invitée. Luc espère que Juliette aime cela. 

« Merci, Madame!

— Ne m’appelle pas comme ça, Juliette! Je suis Marie.

— D’accord.

— Tu aimes les spaghettis bolognese?

— Oui, je les adore!

— Très bien. Alors, je dois cuisiner. Vous deux, vous pouvez aller dans la chambre de Luc. Clara, tu viens avec moi? »

Et Luc montre sa chambre à Juliette.

Elle regarde toutes ses choses exactement, il lui explique quelle moitié de la chambre est à Adrien et les deux bavardent jusqu’à ce que le repas soit prêt. 

Quand ils entrent dans la salle de séjour, Clara et Adrien font la table. 

Adrien fait la bise à Juliette et, derrière son dos, il lève son pouce. 

« Tu as lavé tes mains, Clara? » demande la mère de Luc et Clara fait un signe de tête affirmatif. 

« Je veux m’asseoir à côté de Juliette, d’accord? » demande-t-elle. 

Et Juliette répond en rigolant : « Bien sûr, Clara. Viens chez moi! »

Maintenant toute la famille prend les personnes à droite et à gauche par la main et crie:

« Hip-hip-hip, bon appétit! »

Il paraît que Juliette ne connaît pas cette formule, mais elle la dit avec les autres et elle a le visage radieux.

Pendant le repas, ils bavardent, ils discutent, ils regardent Clara qui a de la sauce de tomate partout et ils rigolent beaucoup. Luc aime ces repas avec la famille et il est heureux qu’on voie que Juliette est aussi contente. 

Après le repas, toute la famille et même Juliette font la vaisselle ensemble et écoutent la radio. 

Marie et Luc lavent, Adrien et Juliette essuient et Clara met la vaisselle sur l’étagère. 

Et puis, il joue la chanson »YMCA » à la radio. Maintenant Luc, Adrien, Clara et leur mère commencent à chanter et danser comme toujours quand ils entendent cette chanson-là. Seulement Juliette ne sait pas que faire, mais Luc le lui explique et après trente secondes d’entraînement elle peut aussi la chanter et on voit qu’elle prend beaucoup de plaisir. 

Après, Luc montre le quartier à Juliette et lui parle de ses places préférées; les deux bavardent beaucoup et passent un bon temps ensemble. 

Quand ils rentrent à la maison, Clara demande s’ils veulent faire une « soirée de jeux » avec toute la famille. Juliette est d’accord tout de suite et alors, une demi-heure plus tard, ils sont tous assis autour de la grande table et ils jouent des jeux de société, ce qui veut dire: Ils rigolent beaucoup. 

A dix heures, Juliette doit rentrer à la maison. 

« Merci, Marie. J’ai beaucoup aimé le temps chez vous! » dit-elle après qu’elle a mis ses chaussures. 

« De rien. Tu peux toujours nous rendre visite, Juliette. Nous t’aimons beaucoup! » répond la mère de Luc et embrasse Juliette encore une fois. 

Une minute plus tard, Luc et Juliette restent debout devant la maison vis-à-vis. La nuit est sombre et très tranquille. 

Juliette regarde Luc et dit à voix basse:

« Ta famille est super!

— Oui, t’as raison.

— Ils sont drôles, affectueux et ils s’intéressent à toi... j’ai toujours eu envie d’une famille comme ça...

— Maintenant tu l’as!

— Merci, Luc. Tu es... j’ai pas... je t’aime beaucoup...

— Moi aussi. »

Et lentement Luc se penche vers elle et donne un baiser à Juliette. 

A ce moment-là, il le sait: Il est amoureux de cette fille! 

Après, ils se sourient heureux l’un à l’autre et, avant qu’elle aille vers la voiture de Serge, Juliette dit:

« Je t’appelle. Bonne nuit! »

VIII
C’est samedi, onze heures du matin et Serge amène Juliette à Paris. C‘est la première fois que Juliette voit ce Paris-là. Ils vont par des ruelles étroites. Après avoir trouvé la rue, ils cherchent en vain la maison numéro 38. Ils passent devant des petites maisons mitoyennes qui semblent déjà être un peu vieilles. Puis ils passent devant des immeubles avec des dizaines d’appartements loués. Ça dure presque une demi-heure jusqu’à ce qu’ils trouvent la maison où Luc habite. 

«Mon Dieu!! Où suis-je arrivée???

– Juliette, tu ne dois pas avoir peur!!! Je vais rester ici tout le temps!! Mon portable est dans la voiture – quand tu as un problème, appelle-moi avec ton portable et je vais venir immédiatement te sauver...

Bon, amuse-toi bien!!!! Alors, vas-y!!!!

– Merci, Serge!!! A bientôt!»

Il est treize heures et Juliette sonne. Elle entre. «Folie, c’est la plus grande cage d’escaliers que j’aie jamais vue!!» Elle monte en haut «Ouf, c’est dur!!»

Luc attend à la porte...

«Hey Juliette!! 

– Hi!!»

Elle entre et Luc la prie d‘enlever les chaussures. Juliette est dans une petite entrée. Elle voit partout des chaussures, mille jaquettes, ... «Oh là, là, c’est vraiment petit et partout des chaussures et des vestes – mais ça sent gentil.»

Juste en ce moment une très petite fille avec une longue queue de cheval brune vient en courant vers Juliette et étreint ses jambes.

«Hi Juliette je suis Clara!! Oh tu es vraiment jolie, j’ai déjà beaucoup entendu parler de toi!!!

– Hey Clara!!! D‘abord laisse Juliette entrer!!!»

Juliette pense immédiatement: «Wow, elle est mignonne!!!! Et elle est si gentille ...»

Ils vont dans la salle de séjour où il se trouve beaucoup de vieux meubles en bois clair, un canapé beige, une petite télé et des étagères qui sont remplies du sol au plafond. La pièce est petite, étroite et un peu surchargée, mais Juliette trouve qu‘elle paraît agréable et accueillante. 

Luc appelle: «Maman!»

Elle vient de la cuisine et porte un tablier avec des fleurs. «Salut Juliette!» Et la mère la serre dans les bras. «Frappant, une mére qui serre quelqu’un immédiatement dans les bras!!! – Mes parents ne le feraient jamais!!!» 

«Alors tu es la fille avec qui Luc téléphone toujours, ça fait plaisir de faire ta connaissance!

– Bonjour Madame!

– Ne dis pas madame, tu peux dire Marie. Tu aimes les spaghetti bolognese??

– Oui, bien sûr, je les adore.»

Ils vont dans la chambre de Luc. 

«Adrien n’est pas là, mais il viendra au déjeuner.»

Juliette voit que la petite chambre est divisée par une grande amoire. A droite, au-dessus du lit il y a des posters des équipes de foot et une coupe. Cette partie est relativement rangée et le lit est fait. A gauche il y a partout des CD et des posters des groupes de rock. «Ouf, la chambre est pleine – un peu provisoire! Mais elle paraît très intime – mieux que chez moi. »

Les prochaines minutes Juliette et Luc bavardent encore un peu. Puis...

«Juliette, Luc, venez manger!!»

Clara et Adrien mettent la table quand ils entrent. 

«Salut Juliette!» Adrien salue Juliette qui pense: «Adrien ressemble à Luc, il est seulement un peu plus petit et il semble être aussi sympa – mais il n’est pas aussi beau que Luc »

«Clara tu t’es lavé les mains??

– Oui, bien sûr, maman!! Maman, est-ce que je peux m’assoir à côté de Juliette???

– Je crois qu’elle veut s’assoir à côté de Luc, mais demande-lui toi-même!

Puis Juliette s’assoit entre Clara et Luc à la table ronde.

Ils se donnent les mains et...

«Hip-hip-hip, bon appetit!!!»

«C‘était quoi??? Je ne l’ai jamais entendu!

– Tu ne connais pas?!? C’est un dicton! Nous le faisons chaque fois avant de  commencer à manger!

Après avoir mangé, toute la famille fait la vaisselle ensemble, même Clara aide. Ils écoutent la radio et tout à coup il y a la chanson «YMCA» et tout le monde chante et commence à danser sauf Juliette. 

«Qu‘est-ce qu’ils font??? Secours - je rougis!!!! Non, pas encore une fois!!!»

«Tu ne connais pas, Juliette??? Regarde, c’est très facile, on fait ça comme ça...»

Juliette commence aussi «Cool, c’est vraiment facile!!! Et c‘est drôle!»

Puis tout le monde joue à «UNO».

«Fantastique!!! Je me suis jamais tant amusée qu’aujourd’hui!!! – Ah, si c’était  comme ça à la maison comme ici...  »

«Eh, Juliette!!! C‘est à toi!!!» et Clara pousse Juliette.

«Oh, ... pardon, ... bon, alors ...je veux du rouge» et elle met une carte sur la table... 

Plus tard, ils jouent encore...

«Oh, c’est déjà dix heures, je dois partir! Je pense que Serge attend déjà!»

Quand Juliette prend congé, Clara et la mère embrassent Juliette.

«Et encore merci pour tout, Marie !»

– Juliette, tu es toujours bienvenue chez nous!!!

«Cool, peut-être que maintenant je peux voir Luc plus souvent – Super!»

– Oui, alors à bientôt!

– A bientôt!»

Puis Juliette descend avec Luc. Dehors, tout est calme. Il fait nuit et tout est sombre. Il n’y pas de voiture, on voit seulement les lumières dans les maisons. 

Juliette et Luc sont en face. Ils parlent bas.

«Ta famille est vraiment super!!! Vous êtes si gentils et joyeux. Avec vous, ça m’amuse beaucoup!!! Je voudrais avoir aussi une famille comme la tienne !

– Mais tu l’as !»

Luc se penche sur elle, ils se regardent dans les yeux, ils sourient et puis...

Leur premier baiser. Les jambes de Juliette deviennent molles, elle a mille papillons au ventre, elle oublie tout ce qui se passe autour d’elle – elle est seulement heureuse – toute heureuse: «Folie, c’est comme au septième ciel? » Juliette a le sentiment que leur baiser dure éternellement, elle veut arrêter le temps, mais puis, c’est fini – elle part...

«Je t’appelle, bonne nuit !»

Puis Juliette va dans la voiture de Serge.

Oui, oui, la petite, elle est tombée amoureuse...

.
.
 
IX
Depuis ce jour-là, Juliette et Luc sont un couple officiellement. 

Ils téléphonent encore plus souvent qu’avant pour se parler de tout ce qui se passe dans leur vie, pour se raconter leurs plus grands secrets et pour se dire qu’il se manquent beaucoup. 

Presque tous les week-ends ils se rencontrent et ils ont toujours beaucoup de plaisir. 

En outre, ils s’écrivent des lettres d’amour régulièrement. 

Avant que Luc ait rencontré Juliette, il n’était jamais vraiment amoureux d’une fille.

Mais maintenant il sort avec Juliette depuis plus de cinq mois et il a encore des papillons dans le ventre quand il pense à sa petite copine. 

En plus, il est toujours heureux quand il voit Juliette et il ne veut pas qu’elle parte. 

Quand les deux ne peuvent pas se rencontrer, elle lui manque tellement et il doit téléphoner à son amie chérie le plus vite possible. 

En outre, il peut confier tout à Juliette et elle lui confie aussi tous ses problèmes et toutes ses peurs. 

En d’autres termes: Les deux sont complètement heureux.

Il y a seulement une chose, qui tempère leur bonheur: La mauvaise relation entre Juliette et ses parents, dont ils parlent souvent. 

Un jour, par exemple, Luc a demandé à Juliette pourquoi elle voulait toujours venir chez lui et ne rester jamais à Fontainebleau, à sa maison.

Elle a répondu:

« Chéri, tu sais que ma relation avec mes parents est très mauvaise. Ils ne s’intéressent pas à moi et moi, je ne m’intéresse plus à leur vie. 

Je veux être ensemble avec toi et ta famille; Vous êtes les personnes que j’aime. À votre maison, je me sens comme chez moi et pas dans notre grande villa vide et froide.

— Mais ils sont tes parents! » a répondu Luc. « Peut-être faut-il seulement leur dire comment tu te sens. 

— Non, je t’ai déjà dit plusieurs fois: Ils écoutent même pas! 

— Et si moi, je leur parlais? 

— Non. C’est vraiment mignon, mais je les connais. Cela ne sert à rien. »

Mais Luc a décidé de parler à sa mère de ce problème-là. Il a espéré qu’elle aurait une idée pour aider sa petite copine...

IX
Depuis ce soir, Luc et Juliette sont ensemble. Ils téléphonent chaque jour et pendant le week-end Juliette est toujours chez Luc. 

Maintenant Juliette est couchée sur son lit et elle se rappelle le dernier week-end quand Luc lui a demandé pourquoi ils se rencontrent toujours chez lui. 

«Euh... C‘est beau, ici.

– Mais c’est aussi beau chez toi à la maison.

– Oui, peut-être, mais, à vrai dire, j’aime bien ta famille. A la maison, mes parents sont souvent partis et quand ils sont là, ils ne s’intéressent pas à moi!!! Ici, je me sens beaucoup mieux qu’à la maison!!!»

Juliette peut parler de tout avec Luc et ils se comprennent de mieux en mieux. Ils parlent souvent de sa relation avec ses parents et cela aide Juliette beaucoup. Juliette ne raconte pas à ses parents qu’elle a un ami et qu’elle est souvent chez lui. Elle croit que cela ne les intéresse pas et en plus, elle a peur qu’ils lui interdisent son amitié.

Depuis environ cinq mois, la vie de Juliette se règle sur celle de Luc. Elle connaît son l’emploi du temps par cœur et chaque jour, après que Luc doit être rentré de l’école, Juliette lui téléphone. Cela dure souvent une ou deux heures. Puis ils parlent beaucoup de leurs sentiments, de leurs problèmes, ...

Juliette a toujours des papillons au ventre et pendant la semaine, Luc lui manque beaucoup. En tout, elle ne pense plus à rien d’autre.

Serge demande presque chaque jour ce qui se passe dans la famille de Luc, et en attendant ils sont aussi devenus de bons amis.

Quand même elle pense encore souvent à ses parents, mais demain il est samedi et elle partira chez lui pour tout le week-end et là il y aura seulement Luc et sa famille...
 

.
.
 
X
Il est dimanche et Juliette est chez Luc – comme d’habitude. 

Aujourd’hui, les deux ont visité le Centre Pompidou et maintenant il rentrent à la maison. 

« Marie, ton fils est presque tombé dans la fontaine avec les nanas! » raconte Juliette à la mère de Luc. 

« Mais seulement parce que moi, j’ai confiance en toi, chérie. » répond-il et les deux s’embrassent en rigolant. 

« Juliette, Luc: Il faut que je vous dise quelque chose.

— Qu’est-ce qui s’est passé, Marie?

— Ta mère m’a téléphoné, Juliette!

— Ma mère?

— Oui. Elle a dit que votre domestique a parlé d’un petit copain et de sa famille. 

— Et qu’est-ce qu tu lui as raconté? » demande Luc.

« J’ai dit que je suis la mère de Luc Mével – le petit copain de sa fille Juliette. Etj’ai raconté que vous êtes ensemble depuis six mois. 

— Et quelle était sa réaction?

— Au début elle a rien dit. Puis, elle a voulu que toi, Juliette, tu rentres à la maison tout de suite.

— Mais non! Je veux rester ici. Peut-être que maman veut me défendre de vous rendre visite!

— C’est pourquoi j’ai proposé que tes parents viennent ici et que nous parlions de cette chose tous ensemble. 

— Vraiment? Super! Et alors, ils viennent?

— Oui, ils doivent arriver dans une heure.

— Bien fait. Dieu merci, je ne veux pas parler avec eux toute seule! »

Et la mère de Luc a eu raison: Une heure plus tard, les parents de Juliette sonnent. 

Toute l’heure avant, Juliette a été énervée et Luc a dû la rassurer. 

Mais maintenant, quand les parents de sa petite copine sont là, il est aussi nerveux. 

Que faire si ces gens défendent ses rendez-vous avec Juliette?

Que faire s’ils ne l’aiment pas?

C’est la première fois que Luc voit la mère de Juliette. Elle est blonde comme sa fille, elle est grande et mince et elle porte des vêtements très chic. 

Son mari, un grand homme aux cheveux gris et avec des vêtements comme un homme d’affaires, a l’air dangereux. 

Super!

Pendant que Juliette et Luc sont encore sous le choc, Marie salue les invités poliment et prend leurs manteaux. 

Maintenant Luc va aussi vers les deux pour se présenter. 

Il veut rentrer sous terre quand le père de Juliette le dévisage exactement, mais heureusement sa femme est un peu plus gentille et sourit. 

Ouf, ça y est!

Après que ce premier obstacle est franchi, Marie essaie de faire un peu de « smalltalk » et ils vont dans la salle de séjour et s’assoient autour de la table. 

Juliette, Marie et Luc vis-à-vis de madame et monsieur Souchet. 

Maintenant l’ambiance est tendue, parce que tout le monde sait qu’une conversation importante va suivre. Luc prend la main de Juliette.

Marie commence: 

« Alors, parlons de la relation entre Juliette et Luc!

— Oui, cette relation... Juliette, pourquoi as-tu un petit copain depuis six mois sans dire mot à ton père ou à moi? » demande madame Souchet.

« Parce que je sais que cela vous n’intéresse pas du tout!

— Mais c’est pas vrai! 

— Si! Dis-moi, Maman: qui n’est jamais à la maison, mais toujours au travail? Qui demande jamais comment je me sens? Et qui n’écoute jamais quand je voudrais raconter quelque chose? 

— Ne parle pas à ta mère sur ce ton-là, mademoiselle! » dit le père de Juliette.

« Mais vous savez que j’ai raison!

— Non, tu n’as pas raison. Crois-tu que ton père et moi, nous étions  heureux quand nous avons demandé à Serge où est notre fille et quand il a répondu: ‹Elle est chez sa deuxième famille!›? ‹Deuxième famille?› avons-nous demandé. Et puis, notre DOMESTIQUE nous a raconté que tu as un gentil petit copain qui habite à Paris avec sa mère, son frère et sa sœur, qui t’appelle pendant toute la journée et chez qui tu passes tous tes week-ends!... C’était comme un coup dans le cœur! Juliette, à ce moment-là, nous avons remarqué que nous te connaissons plus...

— Et ça c’est pourquoi je suis toujours ici. Luc, c’est le garçon que j’aime. Quand nous sommes ensemble, je vais bien, parce qu’il m’écoute et il me fait rire. Et sa famille... Nous faisons des soirées de jeux ensemble, nous parlons beaucoup et nous faisons des excursions. Clara et Adrien sont comme ma sœur et mon frère et Marie est comme une...

— comme une tante. » Luc finit vite avant qu’elle puisse dire le mot ‹ mère ›. « Mais Juliette veut avoir aussi des parents!

— Et elle va avoir des parents! » sanglote madame Souchet et commence à pleurer. 

« Chérie, nous t’aimons beaucoup! Nous voulons passer le temps avec toi et redevenir une vraie famille! 

Peux-tu nous donner encore une chance?

— Bien sûr! » répond-elle et commence aussi à pleurer.

Et puis les parents de Juliette font une chose qu’ils n’ont plus fait depuis des années: Ils embrassent leur fille! 

Luc et sa mère s’embrassent aussi avec des larmes aux yeux. 

À ce moment-là, tout le monde dans la pièce est heureux, parce qu’ils savent que maintenant la relation entre Juliette et ses parents va s’améliorer. Bien sûr, ça ne fonctionne pas d’un jour à l’autre, mais ils vont faire un effort! 

Et peut-être que, un jour, les deux familles peuvent être comme une grande famille.

On va voir...

X
C‘est dimanche et Juliette est chez Luc. Maintenant ils rentrent du Centre Pompidou.

«Juliette et Luc, c‘est bon que vous veniez!!!

– Pourquoi? Qu’est-ce qui s’est passé?

– Juliette, ta mère a téléphoné!! Elle était complètement en rogne!!!

– D’où est-ce qu‘elle sait que je suis ici?

– Quand elle est rentrée du travail, elle a remarqué que tu n’étais pas là. Puis elle a demandé à Serge qui a répondu que tu es dans ta deuxième famille, comme chaque week-end!!!

– Et puis, qu’est-ce qu’elle a dit?

– Elle a dit qu‘ils voulaient que tu rentres immédiatement à la maison!

– Ah, non!!! Je ne peux pas, je veux rester ici, je n’aime pas mes parents, ils sont méchants...

Juliette commence à pleurer.

– Juliette, calme toi! Tu sais que je ne t’enverrais jamais à la maison comme ça! J’ai calmé ta mère. D‘abord, tes parents vont venir ici et puis on verra! Oké?

– Oh merci, Marie ! »

Elles se serrent dans les bras et Juliette arrête de pleurer.

Puis Luc et Juliette vont dans sa chambre. Elle tremble et a la panique:

«Merde!!! 

– Calme-toi, Juliette!!! 

– J‘éspère que ce n’est pas la fin pour toi et moi! 

– Mon Dieu, s’il te plaît, non!!!»

Luc calme Juliette et puis ils écoutent de la musique et changent de sujet.

Tout à coup, il sonne. Les parents de Juliette sont arrivés. Juliette reste dans la chambre de Luc. Elle voulait rester d’abord à l’arrière-plan pour entendre comment ses parents réagissent.

«Bonjour. Je suis Marie, la mère de Luc!!

– Aha, Bonjour.

– Entrez, vous pouvez y mettre vos vestes.

– Non, merci. Nous n’avons pas beaucoup de temps. Nous venons seulement

chercher Juliette. 

– Bonjour, je suis Luc.

– Salut Luc. Alors,... tu es l’ami de ma fille?

– Oui, c’est vrai.

– Bon et où est Juliette? Nous avons quelque chose à discuter avec elle.

– Je crois qu’elle est sur les toilettes, mais elle viendra. Pourquoi vous n’entrez pas?

– Aimerez-vous boire du café ou du thé?

– Bon, je voudrais un café et pour Maximilian un thé, s’il vous plaît.»

Maintenant Juliette va dans la cuisine.

«Hallo maman. Hallo papa.

– Eh Juliette, pourquoi tu nous a jamais raconté quelque chose de Luc? Ce n’est pas oké!

– Maman, maman, Adrien ne me rend pas ma poupée!!! 

Clara vient en courant dans la cuisine, mais à la porte elle fait stop...

– Oh, Bonjour!! Je suis Clara!! 

Elle grimpe vite sur les jambes de sa mère et se cramponne à elle. 

– Hey, Clara, ce sont les parents de Juliette.

– Salut Clara.

– Salut.»

Puis Anne s’occupe de Clara et Marielle , la mère de Juliette, elle, continue...

«Alors Juliette, j‘attends une réponse. Pourquoi tu ne m’as pas dis que tu as un ami?

– Je t’ai tout raconté avant. Que j’ai rencontré Luc. Mais cela ne t’intéressait pas!!!

– ... ah, là j‘étais stressée. Mais c’était il y a des mois, et puis tu ne m‘as plus dit ce que tu fais.

– Mais madame, comment Juliette peut-elle parler avec vous, si vous n’êtes pas à la maison?

– Mouais, mais presque chaque soir je suis là.

– C‘est pas vrai, maman, tu le sais!!

– Alors moi, je demande toujours à mes enfants, par exemple comment c’était à l’école. Et vous ne pouvez pas attendre que Juliette commence à parler avec vous, quand vous ne lui demandez rien et ignorez ce qu‘elle dit!

– Mais, mais...

– Vous vouliez toujours faire une excursion avec moi depuis des années, mais j’ai jamais fait seulement une petite promenade avec vous!

– Pascale ,regarde, je te l’ai déjà souvent dit, mais tu n’étais jamais là. Pour toi, il y a seulement ton travail.

– Mais pourquoi n’as-tu jamais fait une excursion seul avec Juliette. Ça, ce n’était pas seulement ma faute!

– Madame et monsieur Souchet, ne commencez pas à disputer, je pense qu’on peut parler de cela raisonnablement ensemble. Ça ne reussit pas quand nous nos rejettons la faute l’un à l’autre. 

Puis tout le monde dit son avis, ils discutent un peu et les parents de Juliette remarquent lentement qu’ils ont commis beaucoup de fautes. Ils ont toujours seulement pensé à leur travail, mais en réalité ils ne voulaient pas tout ça.

«Pauvre Juliette! Ces dernières années, tu dois avoir pensé que nous sommes des parents indignes. Nous ne voulions pas ça, on t’aime pourtant!!!

Je pense à l’avenir, nous allons beaucoup changer. 

Viens chez moi, Juliette! Laisse-toi embrasser – nous ne l’avons pas fait depuis longtemps!»

Juliette hésite, «Des années durant ils ne s’intéressaient pas à moi, mais maintenant, tout à coup, ils veulent me serrer dans leurs bras – je sais pas – mouais, oké, mais seulement pour un moment, et ils ne doivent pas penser que pour cela j’oublie tout ce qu’ils ont fait – non, c’est impossible, mais je peux essayer. Bon! D’accord!»

Puis Juliette et ses parents se serrent dans les bras, tout le monde est soulagé et Juliette est contente. Peut-être qu’un jour ils seront une vraie famille et en particulier – que personne n’empêche plus son avenir avec Luc!


 

.
.